Paul Doumer


Paul Doumer

Gouverneur général de l’Indochine française de 1897 à 1902, où il succède à Armand Rousseau, il réorganise la structure de la colonie en basant le gouvernement à Hanoï, où il fait construire une nouvelle résidence, et en créant les différents budgets de l’Union indochinoise.

Il se fait également construire la Villa Blanche au cap Saint-Jacques, lieu de villégiature prisé des coloniaux de Cochinchine.

Sur le plan des infrastructures, il est un ferme partisan de la construction du chemin de fer Transindochinois (achevé en 1936), dont l’essentiel du plan du réseau avait été dressé par son prédécesseur, Armand Rousseau.

Il obtient pour la réalisation du chemin de fer du Yunnan un emprunt de 200 millions de francs-or. Ses services font achever les travaux du port d’Haïphong, commencés sous le mandat de Paul Bert par le groupe lyonnais dirigé par le soyeux Ulysse Pila (1837-1909).

Étant l’un des premiers administrateurs de la Compagnie générale d’électricité (fondée par Pierre Azaria), il fait d’Hanoï la première ville d’Asie à avoir l’électricité (Doumer est devenu administrateur et président de la CGE en 1910).

Il entérine le souhait du pasteurien Alexandre Yersin de construction d’un premier sanatorium à Dalat.

À la suite de l’agronome Auguste Chevalier et de l’économiste Henri Brenier, Paul Doumer est favorable à l’acclimatation de l’hévéa, dont la culture est déjà importante en Malaisie britannique, et aux Indes néerlandaises dans les terres récemment conquises de Sumatra18. Il légalise le monopole de l’opium, très rentable pour le budget de la colonie.

Son autoritarisme et l’apparition de tensions avec la Chine, dans le contexte très tendu de la guerre des Boxers, entraînent son rappel en métropole, alors que Théophile Delcassé et Paul Cambon s’efforcent de surmonter le différend franco-britannique qui fait suite à l’incident de Fachoda.

Paul Doumer, accusé de « césarisme », est remplacé par le diplomate Paul Beau afin d’apaiser la situation plus que tendue à la frontière avec le Yunnan chinois.

Armand Rousseau (1835-1896), polytechnicien du corps des Ponts et Chaussées, avait servi en 1867 comme ingénieur du port de Brest, en 1870 comme officier du Génie (durant la guerre), puis comme directeur des routes et de la navigation au ministère des Travaux publics de 1876 à 1881 et comme membre de l’inspection générale des Ponts et Chaussées en 1885, avant de gagner l’Indochine. Ce fils de saint-simonien convaincu avait fait réaliser un plan ferroviaire qu’il n’eut pas le temps de s’attribuer, la mort venant brutalement le faucher. Doumer, successeur immédiat de Rousseau, s’attribue immédiatement un plan sur lequel il n’a plus qu’à apposer sa signature.

d’après
https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Doumer#cite_note-16


Navigation

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311

Annonces

Chettys - Prêteurs d’argent


Vous vous êtes absentés


Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 15 août 2019

Publication

757 Articles
43 Albums photo

Visites

44 aujourd’hui
55 hier
4 visiteurs actuellement connectés