Pièce de théatre "Le triomphe de Trinh " - INDOCHINE cartes postales anciennes

Pièce de théatre « Le triomphe de Trinh »


Le Triomphe de Trinh sur l’usurpateur Mac

Pièce héroïque

Distribution des rôles

  • Le roi Mac (usurpateur).
  • Le V. ROI Trinh (défenseur de la dynastie Lé),
  • La fille du roi
  • Les généraux Tiianh, Tao, TâN, Hoang, serviteur du roi Lê.
  • Mandarins civils et militaires.
  • Soldats.
    — -

Scène d’introduction

I*’ Comédien, s’avançant sur la scène.
Cette pièce a pour objet, d’abord, d’honorer les esprits et les génies, ensuite de faire plaisir aux notables du village ; nous leur souhaitons une bonne santé et de hautes dignités.

2* Comédien (il s’avance en chantant).
Dans une année, il n’y a qu’un seul printemps,
Dans une journée il n’y a qu’une heure Dan ;
C’est pourquoi on n’est pas toujours heureux.


Ensemble (parlé) : " Nous souhaitons à tous les peuples de la terre la prospérité, aux pauvres la richesse, à nos supérieurs la paix et la concorde aux inférieurs la tranquillité, et la longévité à tous les mortels.
Puissent les garçons de ce village étudier la littérature, les filles être modestes, distinguées, et cultiver les arts d’agrément.
La pièce que nous allons représenter devant vous se rapporte aux temps héroïques. Quand le fondateur de la dynastie Mac s’empara du pouvoir, dix-huit provinces se soumirent à lui, et tout le pays, depuis Lang Son jusqu’à Cao Bang, le reconnut pour maître.
Il s’empara de Thao : une fille des rois LÉ prit Thao pour mari, elle en eut deux fils.


Il chante : « Quand vous allez en palanquin Suivi d’un serviteur portant le parasol. Montez au sommet de la montagne ; Vous y verrez quatre génies jouant aux échecs. Ils jouent aux échecs éclairés par la lune. Et ne craignent ni le vent ni la chaleur. »


Il parle :« Bien que nous ayons revêtu des costumes. »


Le roi : « J’ai réuni aujourd’hui à la porte du Sud les quatre grands généraux du royaume, pour les féliciter de m’avoir aidé à illustrer mon trône.
Chu Kuong autrefois aida la dynastie Han à vaincre les Tan et les troupes de Tao Thao. Que les mandarins se groupent en ordre et que l’on allume les lampes fleuries. »



Chœur : « Les lampes innombrables Brillent comme les étoiles au ciel ;Quel spectacle réjouissant ! »



Le ro i :« Que les officiers et fonctionnaires chantent en l’honneur des généraux ! »



Chœur :« Les généraux ont illustré l’Etat, Honneur à leur vaillance. »


Un groupe d’enfants fait irruption sur la scène et défileen agitant des drapeaux et en poussant des clameurs. Les généraux se placent devant le roi ; ils saluent profondément et chantent  :



Les généraux : « Nous rendons grâces au roi ! Sa bonté est infinie Il remplit notre cœur d’allégresse ! »



Le roi Mac (aux généraux) : « Buvez quelques tasses de vin de riz. »



Les généraux (ensemble) : « Nous buvons du vin pour augmenter notre joie . »


Ils boivent et se mettent à danser en chantant
« Nous buvons du vin et nous dansons Légers comme des oiseaux. »
Défilé des comparses, au milieu desquels les généraux brandissant leurs armes et executent une danse guerrière ; tout le monde se range au fond du théâtre



Le roi (avec force gestes emphatiques) : " Notre royaume est désormais calme et prospère, tous les dissidents viennent se ranger sous nos lois ; pendant le long règne de la dynastie Le, le pays fut constamment troublé, les rois Le n’eurent jamais, pour les aider, de braves officiers, de bons serviteurs comme vous. Je vous demande aujourd’hui un suprême effort, le defnier défenseur du Le vient de lever l’étendard de la révolte. Allons, mes braves généraux, Thanh, Thao, Tàn et Hoàng, il faut de nouveau conduire les troupes à l’ennemi. Thanh et Tân formeront l’aile droite et l’aile gauche, Hoàng ira à l’avant-garde, et Thao à l’arrière-garde.



Le général Thao, s’avançant. : « J’obéis au roi et je vais conduire mes troupes contre Trinh le dernier soutien de la dynastie Le. »

Tout le monde sort après avoir défilé plusieurs fois en agitant des drapeaux.


Acte II

Scène I .

Le décor reste le même, mais la scène presente cette fois le camp du vice-roi Trinh, l’adversaire de Mac.
Mandarins civils et militaires. Soldats.
Le vice-roi est assis sur un trône élevé sur une estrade placée à demeure au fond de la scène.


Trinh : « Je reçois à l’instant avis que l’usurpateur s’avance ; il n’a qu’à se présenter, mes officiers répondent de la victoire ; bientôt les derniers ennemis de la dynastie Le connaitront la puissance de Trinh.
Que l’on serve du vin aux généraux pour marquer ma satisfaction.
Formez le conseil des mandarins civils et militaires. »


(Les mandarins civils et militaires entrent en chantant).


« Les héros après leur mort, Ne sont plus honores ; On se contente de leur vivant, De leur faire boire du vin. Le vin est la récompense nationale, Qui boit du vin est au sommet des honneurs. »


(Parlé) : « Nous voici devant votre auguste face. »


Trinh : « Je vous ai convoqués pour vous demander votre avis avant de reprendre la campagne. Dois-je continuer la guerre ? : »


Les mandarins militaires. : « Nous jurons, au premier engagement, de vous apporter ici le roi Mac, vivant. »


Les mandarins civils. : « Nous nous prosternons humblement et vous faisons timidement observer que le sage dit autrefois que les neuf royaumes vecurent longtemps dans la paix. La guerre est la plaie du royaume, la ruine du peuple : si votre Excellence consent à nous envoyer en embassade dans le camp ennemi, nous jurons d’apaiser le roi Mac et de faire pacifiquement cesser les hostilités. »


Trinh. : « Les anciens philosophes disent, dans leurs écrits immortels, qu’il faut se garder de tuer les hommes inutilement et de faire périr les innocents ; mon intention est de pacifier le pays, puis-je le faire sans effusion de sang ? Répondez, mandarins militaires. »


Les mandarins militaires. : « Les mandarins civils sont officiers de la couronne, mais les mandarins militaires ne leur sont pas inférieurs en dignités et en prérogatives. Les fidèles sujets ne provoquent jamais de désordre, les fauteurs de troubles doivent être sévèrement punis.
Le roi Mac a soulevé toute une partie du royaume contre la dynastie, il marche vontre nous à la tête de ses troupes. Votre Excellence croit-elle que les mandarins civils arrêteront l’ennemi en lui récitant des vers ? »


Trinh. : « Allons, cessez de part et d’autre argument avec aigreur, je veux à tout prix que le royaume recouvre la paix. Mon adversaire me défie et me crie qu’il est le fils des rois Mac. Je suis, moi, le premier serviteur de la grande dynastie Le, je ne crains pas la guerre : Soldats, préparez vos armures, et en avant contre le rebelle Mac ! »


(Tout le monde sort).


Scène II
Le camp de l’usurpateur. Les troupes sont campées.


Le général Thao : « Mes espions m’annoncent que Trinh s’avance contre moi ; je ne veux pas l’attendre. Soldats, aux armes, en avant contre l’ennemie ! la victoire ne saurait être douteuse. »


Le théâtre est envahi par les soldats de Trinh, le vice-roi s’avance en personne.


Trinh (riant) : « Je viens encore une fois de montrer la force de mon bras, Thao est vaincu. »


Un soldat : « Général Thao, vous avez jusqu’ici passé pour un vaillant homme de guerre ; cette défaite vous couvre à jamais de confusion. »


Thao à Trinh : « Ne me laissez pas injurier par les vôtres ; je suis vaincu et je fais devant vous amende honorable ; épargnez-moi la honte de rougir devant les soldats. »


(Une jeune fille apparaît).


La jeune fille : « Je suis fille et femme de roi, c’est à moi qu’il appartient de terminer cette affaire. »


(Elle chante). : « Réjouissez-vous tous, la guerre est un fléau, La guerre est terminée ; Les fils pourront rentrer auprès de leurs parents
Et leur souhaiter de vivre aussi longtemps Que le mont Tay So’n. Réjouissez-vous, la concorde renaît de nouveau, Les générations futures ne seront plus troublées. Réjouissez-vous avec moi. »


Navigation

Toujours plus

  • Pièce de théatre « Le triomphe de Trinh »

Lire aussi...

Annonces

Fêtes et cérémonies


Editeur Fajolle frères 1920