L’Opinion - journal politique indépendant

jeudi 15 octobre 2020

L’OPINION Journal politique indépendant (ancienne Semaine coloniale)
Direction et administration, 13 et 15, rue Catinat : Lucien Héloury, propriétaire

Cochinchine - En chasse - Collection de l’Opinion Saïgon - @4023 #3812
Cochinchine - En chasse - Collection de l’Opinion Saïgon - @4023 #3815

Lors du déclenchement de la 1er guerre mondiale, le directeur gérant du quotidien l’Opinion (six pages, 19e année) et le rédacteur en chef du même journal, MM. Héloury et Devilar, ont été arrêtés, le 20 novembre 1914, sous la très grave inculpation d’avoir publié dans ce journal :
— 
Le premier article : « Mobilisation, permissions, franchise postale » (4 novembre), est une lettre d’un de nos correspondants. Il se plaint de ce que l’on n’ait pas envoyé toutes nos troupes actives au secours de la France. Il se scandalise que l’on ait, par contre, supprimé à nos soldats leurs permissions du soir et surtout la franchise postale.
- 
Le second  : «  L’Indochine parle  » (8 et 9 novembre) est une revue de lettres d’abonnés et lecteurs. L’un déplore que nos réservistes — qui pouvaient être exercés pour la plupart, sans quitter la ville qu’ils habitent — aient été inutilement arrachés à leurs affaires, contraints vexatoirement à subir de sérieux préjudice ; un second nous donne son avis, défavorable, sur le projet, préconisé par nous d’envoyer en France ou en Égypte des tirailleurs annamites ; un troisième communique un récit authentique sur l’assaut de Nancy ; un quatrième s’indigne des actes commis à Bordeaux par M. Albert Sarraut, dénoncés par M. Emmanuel Brousse, sévèrement et justement condamnés par M. G. Clemenceau.
- 
Le troisième article, « Mobilisation ? Ce fut douteux. Ladrerie ? C’est indiscutable », constate que le décret de mobilisation n’ayant pas été promulgué en Indochine, il y convenait cependant d’allouer aux réserves convoqués pour une période d’instruction, les indemnités auxquelles ces derniers avaient droit, et que l’administration leur refuse.
- 
Dans le quatrième articles, des Suisses ont été [8 lignes effacées]. Comment, disons nous, pourra-t-on conduire l’enquête ?
- 
Le cinquième : « Propos de café », déplore la mauvaise volonté opposée par le gouvernement aux demandes de volontaires voulant rejoindre les armées, et renouvelle les doléances des réservistes.
- 
Le sixième : « A messieurs du gouvernement de Cochinchine », signale les frais inutiles provoqués par de constantes mutations d’officiers en Cochinchine, et demande à ce que les communiqués relatifs aux nouvelles de la guerre soient plus rapidement transmis aux provinces impatientes de les lire.
- 
Le septième et dernier : « Le général Sucillon » rejette sur M. Van Vollenhoven, qui s’est fait général, la responsabilité des mesures regrettables adoptées pour la convocation des réservistes appelés à accomplir une période d’instruction de vingt-cinq jours.


en savoir plus entreprises-coloniales.fr/inde-indochine/Opinion-Saigon.pdf


Vos rendez-vous

<<

2020

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

La vie de Cartacaro.fr

Dernière mise à jour

mardi 27 octobre 2020

Publication

835 Articles
52 Albums photo

Visites

3 visiteurs actuellement connectés