Imbert Edgard (1873-1915), Capitaine d’artillerie, photographe

lundi 26 septembre 2022

Edgard est né le 19 décembre 1873 à Cherbourg, fils de Jacques Imbert (1835-1917), militaire de carrière affecté à Toulon en 1890.
Il est l’aîné d’une famille de quatre enfants. Son frère Jules, né en 1877, sera militaire de carrière comme Edgard ; sa sœur Alice naîtra en 1879 et décèdera en 1908 de tuberculose à 29 ans, et son frère Léon né à Toulon, avenue de Suffren en 1890 décèdera en bas âge à dix mois.
Après son service militaire comme simple soldat en 1894 à l’âge de 21 ans, Edgard est élève de l’École militaire d’infanterie (1898-1899). À sa sortie, il est mis à disposition du général Gallieni, commandant en chef à Madagascar. Le 1er mai 1900, sous-lieutenant de la colonne de Lyautey, il pénètre dans le sud de Madagascar.
Il est promu lieutenant en avril 1901 et affecté au 4e régiment d’Infanterie coloniale à Hanoï (Tonkin). En 1903, il se marie le 8 août avec Marthe, Anna Rey âgée de 17 ans à Caussade (Tarn et Garonne). Après leur mariage, son épouse et lui décident de partir vivre ensemble à Hanoï. Les couples mariés étaient invités à venir s’établir en Indochine. En 1908, le 17 février leur fils, René, Jean-Jacques voit le jour à Hanoï. C’est dans cette année qu’Edgard rentre à Toulon (Var), base du Régiment d’Infanterie Coloniale. En 1909, c’est le drame, son épouse se suicide avec un pistolet à Toulon le 13 mai 1909, elle a 22 ans. Ce suicide ne fut jamais expliqué ni compris. Leur fils René est élevé par la mère d’Edgard, Rose Lizéa d’Abadie de Lurbe, à Toulon puis à Saint-Jean du Gard. Veuf, Edgard poursuit sa carrière militaire, en 1912, sert à Madagascar en tant que capitaine au bataillon sénégalais de Madagascar. En 1914 il est affecté au 2e régiment de Tirailleurs malgaches.
Appelé à servir au front lors de l’appel de la guerre 14-18, il est tué à l’ennemi le 25 septembre 1915 à Massiges (Marne).
Son fils, René, suivra le parcours familial en souhaitant être militaire, mais un accident de motocyclette lui ôtera la vie en 1927 à St Jean du Gard, le jour de sa réussite à l’intégration à l’école de St-Cyr.
Pour en savoir plus vous pouvez acquérir« Couadou, Serra, Imbert, deux éditeurs un photographe, Tonkin 1905-1908 ». Ici


Pour Vous

2022 Couadou, dernières ventes de l’année

L’objectif 2022 va être atteint, ne soyez pas les derniers à acquérir

Le Tonkin 1905-1908 en cartes postales


La vie de Cartacaro.fr

Dernière mise à jour

vendredi 25 novembre 2022

Publication

1013 Articles
75 Albums photo

Visites

2 visiteurs actuellement connectés